Auquainville, église Saint-Aubin

Coordonnées GPS : 49.0482965,0.2388323

Comment entrer les coordonnées GPS dans un smartphone ou une tablette

Situer Auquainville (carte Géoportail)

Trouver l’église Saint-Aubin d’Auquainville

L’église sera ouverte à la visite les samedis 1er août et 5 septembre, de 14h à 17h dans le cadre des « Petites églises ouvertes en Pays d’Auge ». Voir le programme ici.

Elle sera également ouverte pour un circuit le mardi 25 août, dans le cadre des « Mardis des petites églises ». Voir le programme ici. Si vous souhaitez être accompagnés, rendez-vous à 14h30 devant l’Office de Tourisme de Lisieux, 11 rue d’Alençon. Vous pourrez visiter Notre-Dame d’Auquainville, Saint-Aubin d’Auquainville et Saint-Jean-Baptiste du Mesnil-Germain.

L’arrivée, côté nord-ouest ( Photo commons.wikimedia, Vincent van Zeijst)

En 1831, la commune de Saint-Aubin-sur-Auquainville a été rattachée à Auquainville. L’église a été rachetée dans les années 1920 par la famille Montgommery-Bonnardel. Le 10 janvier 2007, les familles De Bonnafos et Bonnardel ont légué l’église Saint-Aubin à la commune d’Auquainville. La même année, l’église est inscrite au titre de l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH) et se constitue L’association de sauvegarde Les Amis des Églises d’Auquainville, qui se met aussitôt en devoir de restaurer l’église. A ce sujet, consulter l’article de la fondation : la Sauvegarde de l’art français. On peut y voir les étapes de la restaurations, l’historique des aides, et télécharger une intéressante notice sur l’église. L’église a actuellement le statut de chapelle funéraire.

Arcisse de Caumont, peu intéressé par les décors du XVIIIe siècle, décrit l’église de façon laconique :

« Tous les membres caractéristiques de l’architecture accusent le XVIe siècle. La plupart des ouvertures ont été repercées sous le règne de Louis XV.
Un petit clocher en charpente, assez obtus, est assis sur le pignon occidental.
Les trois autels sont en chêne et peuvent dater du règne de Louis XV. La chaire, de même style, est assez élégante. »

L’église mérite de plus amples commentaires. Voyez plutôt, pour commencer :

La voûte en merrain et le choeur

Le maitre-autel et son retable du XVIIIe siècle

L’agneau mystique sur le devant d’autel

L’agneau, symbole du Christ figure au coeur des églises, soit sur le tabernacle, soit sur le devant d’autel.

Le tabernacle, avec son décor XVIIIe siècle

Saint Aubin

Saint Sébastien

L’autel de la Vierge

Les sépultures de la famille de Custine

 L’église Saint-Aubin d’Auquainville abrite les sépultures de la famille de Custine qui fut propriétaire du château de Fervaques entre 1803 et 1831. Astolphe de Custine, écrivain reconnu pour ses romans et récits de voyage, notamment La Russie en 1839, avait acheté cette église champêtre qui tombait alors en ruines et fait creuser sous le chœur une crypte basse – dont l’accès est fermé aujourd’hui – pour servir de caveau à sa famille. Au milieu du chœur de l’église, le visiteur découvre donc les dalles funéraires de Delphine de Custine (1770-1826), Léontine de Custine, née Saint-Simon Courtomer (1803-1823), mariée à Astolphe en 1821, et celle de l’enfant né de leur union, Enguerrand (1822-1826). Astolphe de Custine y est également enterré, anonymement, selon ses dernières volontés. Cependant, une plaque est apposée sur le mur nord du choeur, à la mémoire d’Astolphe de Custine (mais contrairement au souhait de ce dernier).

Source : fiche de l’association Le Pays d’Auge

Voici la suite de la fiche que l’association Le Pays d’Auge a consacrée à Saint-Aubin d’Auquainville :

Source : fiche de l’association Le Pays d’Auge
Source : fiche de l’association Le Pays d’Auge
source : l’association Le Pays d’Auge
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close