Sainte-Anne-d’Entremonts

la façade Sud de Sainte-Anne-d’Entremonts. A droite, Mme Marie-Thérèse Devilliers, présidente de l’association Les amis de la chapelle de Sainte-Anne d’Entremonts

C’est à l’occasion du 15e circuit des sympathiques « Chemins des églises ouvertes« , organisé (avec compétence et passion) par Jean-Pierre Hennebicq jeudi 19 septembre 2019 que nous avons pu visiter la chapelle Sainte-Anne d’Entremonts. Nous avons été reçus par Mme Marie-Thérèse Devilliers, présidente de l’association de protection de l’église, à qui nous adressons tous nos remerciements. Puis guidés par Mme Roselyne Fouques, historienne médiéviste, spécialiste de l’étude des peintures murales. Merci à ces passeurs de culture et de mémoire, merci aussi aux maires qui en ces temps de conflits et de difficultés de toutes sortes, consacrent de l’énergie et des moyens au maintien du patrimoine religieux.

L’église est classée sur la liste des Monuments Historiques en 1930. Les parties les plus anciennes, les bases du transept et les supports alternés de la nef datent de la première moitié du 11ème siècle, les surélévations et le chœur sont du 13ème siècle, et enfin le porche est du 15ème siècle. Cet édifice religieux montre les hésitations architecturales qui annoncent l’architecture romane normande de la deuxième moitié du 11ème siècle. Elle contient cinq couches picturales dont les plus anciennes datent de la fin du 12ème siècle et représentent une Adoration des Mages et l’Entrée du Christ dans Jérusalem, mais aussi une Dormition de la Vierge et une frise héraldique du 14ème siècle. Chose exceptionnelle aussi en Normandie, les murs extérieurs de l’Église Sainte-Anne conservent des traces de polychromie. Des vitraux médiévaux sont encore présents dans le choeur, tout comme certains éléments mobiliers.

« Dans un vallon solitaire qui s’enfonce dans les Monts d’Eraines couverts de sapins et de taillis, entre Falaise et Saint-Pierre-sur-Dives, la chapelle de Sainte-Anne-d’Entremont (d’entre les monts) est un lieu de pèlerinage séculaire. La tradition en fixe les origines aux environs de 1040, au temps de Guillaume, le Duc falaisien Conquérant. Le style de la chapelle actuelle confirme, par maints détails, cette vénérable tradition. Elle fut bâtie, dit-on, par la Comtesse Lesceline, contemporaine du Duc Guillaume et fondatrice de l’Abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives, à la suite d’un accident dont fut victime un jeune seigneur de sa maison. Celui-ci, étant à la chasse dans les forêts d’Eraines, fut gravement blessé par un sanglier. Il gisait près d’une mare, entouré de ses compagnons et de ses chiens, quand la Comtesse prévenue en hâte, accourut à son secours. Elle s’agenouilla, invoqua avec ferveur le nom de Sainte Anne, sa patronne, et promit de lui élever une chapelle sur le lieu de l’accident. Ses vœux furent exaucés ; le blessé revint à la vie et bientôt on vit s’élever près de la mare la modeste chapelle qui, depuis, n’a cessé d’accueillir les pèlerins. Quelques habitations l’entourèrent par la suite ». (notice dans la chapelle).

Les modillons de la façade Sud et le clocher à peigne

La fondation de la chapelle date du milieu du XIe siècle sur le voeu de la comtesse Lesceline d’Eu. Elle est réparée vers 1744 et les baies sont restaurées au XIXe siècle.

L’association Les amis de la chapelle Sainte-Anne d’Entremonts a été créée en 2017 pour sauver cette chapelle, classée Monument Historique. La porte Nord qui sert d’entrée a été restaurée, mais le plafond de la nef ainsi que les murs (notamment le mur Nord) font partie des travaux urgents auxquels l’association doit faire face.

Portail occidental, avec son décor géométrique typiquement normand et roman

Dans la nef se trouve la statue de sainte Anne. Le dimanche le plus proche du 26 juillet, se déroule le pèlerinage dédié à sainte Anne. Les fidèles demandent à celle-ci de protéger leur famille, la sainte étant également invoquée pour avoir un enfant. Ces vœux sont consignés sur un registre dans la chapelle. La bannière de sainte-Anne se trouve dans le choeur.

Du point de vue architectural, la partie très intéressante de cette chapelle est le chœur. Voûté en ogives, il est orné de plusieurs colonnettes du 11e siècle, dont les socles et les chapiteaux sont sculptés d’entrelacs, de palmettes, de rosace et de crochets. 

La bannière de sainte Anne
Voûte d’ogives sexpartite dans le choeur
Socle de colonne avec entrelacs dans le choeur
Chapiteau à crochets dans le choeur
La 15e édition des chemins des églises ouvertes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close